Ça y est, le démontage des grilles qui entourent le port a commencé. Les 10 millions de passagers qui passent par le port de Calais chaque année peuvent à nouveaux aller librement vers la ville. Les restaurants et les commerces en reçoivent un solide bol d’oxygène.

Pour s’excuser des souffrances causées ces vingt dernières années par la politique de contrôle aux frontières, la reine d’Angleterre a offert un billet gratuit aux mille premiers exilés qui se présentaient pour traverser la Manche. Les suivants se dirigent vers les bureaux des compagnies de ferry.

Bien sûr, la situation nouvelle ne fait pas que des heureux. Les passeurs se retrouvent sur la paille. Mais pour beaucoup d’entre eux, qui faisaient ce métier pour payer leur propre passage ou envoyer un peu d’argent à leur famille, le changement est finalement bénéfique. Les autres envoient leurs CV aux banques et à la haute finance, où leur profil est parait-il apprécié.

Le ministre de l’intérieur lui-même a trouvé à se convertir : vêtu d’un slip panthère, il travaille comme dompteur dans un cirque.

Alors… bonne et heureuse année !

 

Publicités