Les douches pour les exilés ont été incendiées le 29 décembre. Aussitôt, les autorités préfectorales se rendent sur les lieux, communiquent, annoncent.

Première annonce : les exilés peuvent se rendre à la PASS (Permanence d’Accès au Soins de Santé) pour s’y doucher. Certes : c’est ce qui se fait toute l’année, ça soulage d’ailleurs un peu dispositif particulièrement lourd mis en place par la mairie et géré par le Secours catholique, qui doit faire la navette avec un minibus pour emmener les exilés dans une zone industrielle excentrée.

Deuxième annonce : une rencontre est prévue avec la mairie, toutes les solutions vont être étudiées, les douches d’un équipement sportif seront peut-être réquisitionnées.

Troisième annonce : on ne réquisitionnera rien, les exilés peuvent aller à la PASS se doucher. Ce qu’ils font déjà toute l’année.

Une semaine d’annonces pour ne rien faire.

Le volet « humanité » annoncé par Manuel Valls a décidément du mal à se concrétiser.

Publicités