Samedi dernier, trois jeunes femmes érythréennes montent dans un camion pour passer en Angleterre. Elles montent dans le mauvais camion, celui-ci allait en Belgique. Jusque là ce ne serait pas trop grave. Mais le camionneur quand il les découvre les tabasse toutes les trois, l’une d’elles est enceinte.

Non, ce n’est pas un accident. Les chauffeurs payent de fortes amendes si des exilés sont découverts dans leur camion. Ils sont donc incités à faire leur propre police, en trouvant les exilés avant les contrôles. Et de faire sa propre police à faire sa propre justice, le pas est vite franchi.

Ce genre d’événement n’a rien d’exceptionnel. Il fait partie de la violence ordinaire de la politique aux frontières.

 

Publicités