Hier jeudi, manifestation contre la présence de migrants à Calais.

Mais la réalité est là : Calais est le premier port français de passager, avec 10 millions de passages par an selon le site internet du Port de Calais, auxquels il faut ajouter les passages par la tunnel, presque 20 millions. À partir du moment où la frontière britannique est fermée à certains de ces passagers, ils se retrouvent bloqués à Calais. À partir du moment où nous n’avons pas de politique d’accueil de ces personnes, elles se retrouvent à la rue.

La présence de migrants à Calais est le résultat de sa situation géographique, de la politique britannique de fermeture de sa frontière à certains migrants, de la politique française de (non) accueil.

Sauf à délocaliser Calais dans la lune, il y aura toujours des migrants à Calais.

À nous de faire en sorte qu’ils soient accueillis dignement lorsqu’ils sont bloqués à la frontière : ils ne seront plus à la rue.

À nous, avec les Britanniques qui partagent nos convictions, d’interpeler le gouvernement du Royaume-uni pour une politique d’ouverture et d’hospitalité.

Et pour bien préciser les choses, il s’agit de quelques centaines de personnes à accueillir, sur 30 millions de passagers. La plupart d’entre eux peuvent prétendre au statut de réfugié, et sont venus en Europe en quête de protection.

Publicités