Le député Yann Capet (PS) a annoncé la visite de Manuel Valls à Calais pour jeudi prochain. Communiqué de La Marmite aux Idées :

 

VALLS À CALAIS : INUTILE

 

 

Calais est une ville gravement atteinte par la crise : chômage, fermetures d’entreprises, augmentation de la pauvreté et du mal-logement, fermeture de petits commerces. La présence de par la ville de nombreux bâtiments vides est un témoin de cette crise.

 

 

La logique voudrait que les ministres ayant des compétences dans le domaine social et économique se penchent sur la situation calaisienne, Mmes Duflot ou Touraine, MM. Montebourg ou Sapin, et qu’ils viennent à Calais, non pour se montrer devant les caméras, mais pour annoncer des mesures concrètes.

 

 

Au lieu de cela, nous avons droit à une visite promotionnelle du ministre de l’intérieur pour parler des « migrants ». Il va répéter grosso modo ce que disent ses prédécesseurs depuis plus de dix ans. Et les choses continueront comme depuis dix ans.

 

 

Si M. Valls veut contribuer de manière utile à changer la situation des exilés à Calais, il peut le faire en restant dans son bureau à Paris. En donnant au préfet pour consigne d’appliquer la circulaire interministérielle du 26 août 2012 à la résorption des squats et des bidonvilles de Calais, et en veillant à ce que cette consigne soit appliquée. En ne donnant plus pour consigne à la police de harceler les exilés. En mobilisant auprès de ses collègues ministres, de son propre ministère (demandeurs d’asile, accueil en préfecture) et de l’Union européenne les financements nécessaires à un accueil digne des exilés. Il pourrait remettre en état le système français d’asile, qui s’est profondément dégradé ces dernières années, y compris depuis qu’il est ministre.

 

 

M. Valls pourrait aussi attirer l’attention du gouvernement sur les difficultés que vivent de nombreux Calaisiens.

 

 

Calais doit cesser d’être une étape obligée de la tournée de tout ministre de l’intérieur (les dealers à Marseille, les Rroms dans l’Essonne, les migrants à Calais). Calais, ville en difficulté, a besoin de s’appuyer sur la solidarité nationale, et donc de l’attention des ministres concernés.

 

 

Les exilés, puisqu’il est aussi question d’eux, font partie de manière permanente des personnes qui se trouvent sur le territoire calaisien, et ils doivent bénéficier comme tout le monde de la solidarité que nous attendons du gouvernement, ni plus, ni moins.

 

 

 

 

 

 

Publicités