On a eu en plusieurs occasions un déploiement policier important à l’entrée du lieu de distribution des repas à l’occasion de fortes tensions, comme après les bagarres de la période de Noël 2012.

On a aussi de plus en plus fréquemment une voiture de police garée devant la grille d’entrée, ou sur le trottoir d’en face. Les policiers descendent parfois de leur voiture, ou y restent assis. Dans le contexte de harcèlement qui est celui de Calais, le message est clair : « nous sommes là, vous n’êtes en sécurité nulle part ».

La distribution de repas est un temps de contact entre les associations et les exilés. C’est ce contact qui est fragilisé : la police se sent mieux dans le non-droit.

 

Image

 

 

Publicités