Alors que les expulsions de squats et de campements d’exilés à Calais continuent de manière plus ou moins légales, La Marmite aux Idées invite Alain Régnier, Directeur interministériel à l’hébergement et à l’accès au logement à venir à Calais pour débloquer la situation.

En effet, la circulaire du 26 août 2012 qui concerne les expulsions de campements n’est toujours pas appliquée à Calais malgré les multiples demandes. Elle prévoit avant toute expulsion la mise en place d’une concertation, la recherche de solutions de relogement et une évaluation de la situation des personnes pour une prise en compte globale de leurs difficultés et de leurs potentiels.

Et les autorités annoncent d’autre expulsions.

À l’attention de :

M. RÉGNIER,

DIHAL.

Copie à :

M. ROBIN,

Préfet du Pas-de-Calais

Objet : non application de la circulaire du 26 août 2012 à Calais.

Monsieur le Préfet,

Nous avons déjà attiré votre attention sur es expulsions de squats et de campements à Calais sans que soit mises en œuvre les dispositions prévues par la circulaire du 26 août 2013.

Deux nouvelles expulsions ont eu lieu sans base légale visible et sans application des dispositions de la circulaire. Une maison abandonnée située rue des Salines a été évacuée le 8 juin. Ses occupants se sont construits des cabanes chemin des Viviers, près de l’emplacement d’une ferme abandonnée qui avait déjà occupée en 2012, puis évacuée et rasée. Ce petit campement qui regroupait une quinzaine de personnes a été évacué le 8 juillet au matin et a été détruit. Ce sont les mêmes personnes auxquelles aucun solution n’a été proposée, qui ont été expulsées à un mois d’intervalle.

Plus grave, la mairie et le sous-préfet de Calais annonce une nouvelle vague d’expulsions, une dizaine de procédure d’expulsions étant selon elles engagées – sans qu’aucune ne soit signifiée aux occupants. Malgré des demandes répétées, aucune concertation n’est en place pour trouver des solutions pour les personnes qui seront mises à la rue.

Cette situation dure depuis maintenant plus de 10 ans, elle a été amplement documentée par les organisations de défense des droits de l’homme comme par le Défenseur des droits ou le Commissaire aux droits de l’homme du Conseil de l’Europe. La durée et la concentration de ces faits sur un territoire restreint nous conduit à vous demander de leur porter une attention particulière.

C’est pourquoi nous vous invitons à venir sur le terrain dès que vous le pourrez pour constater la situation et rencontrer les différents acteurs impliqués. Une telle initiative permettrait sans doute de faire avancer les choses de manière très positive.

Dans cette espoir, nous vous prions d’agréer, Monsieur le préfet, l’expression de nos salutations citoyennes.

La Marmite aux Idées.

Publicités