Parti de Lens le 6 juillet, le Jungletour arrivera à Calais le 11 pour en repartir le lendemain pour l’Angleterre. Il s’achèvera le 14 juillet à Canterbury.

Alors que de nouvelles expulsions de squats se profilent, le Jungletour fera le tour de certains des terrains vagues créés par la politique de la terre brûlée pratiquée à l’égard des exilés à Calais.

Depuis la fermeture du centre de Sangatte, les exilés s’abritent où ils peuvent, tentes ou cabanes dans les dunes, les buissons ou les interstices urbains, ou bâtiments déserts. La crise s’aggravant, Calais n’en manque pas, usines, entrepôts ou maisons désertés.

Plus ou moins tôt, les exilés en sont expulsés. Les bâtiments sont alors murés ou rasés, les cabanes ou les tentes démolies. Leurs habitants sont alors repoussés un peu plus loin par une traque plus ou moins violente.

Le Jungletour rendra hommage à ces exilés en faisant le tour de certains des lieux plus emblématiques de cette politique indigne, et en ayant à chacun de ces lieux un temps de recueillement et de partage.

Le Jungletour arrivera à Calais aux environs de 14h30 devant le parc Saint Pierre.

Le tour des lieux de vie détruits des exilés commencera à 15h, rendez-vous à l’entrée du Parc Saint-Pierre, côté gare. Ce parcours à vélo durera environ une heure trente.

La journée se poursuira à partir de 20h au bar La Timbale par un spectacle, « Monologues migrateurs » de Veronika Boutinova, et « Quand j’étais de gôche » de Téatro Déi.

Le lendemain, le Jungletour se dirigera vers l’Angleterre, et mettra le doigt sur la politique de fermeture des frontières qui occasionne de ce côté-ci tant de violations des droits de l’homme.

Rendez-vous le 12 juillet à 11h00 devant la sous-préfecture, esplanade Jacques Vendroux.

Affiche Jungletour

Publicités