Un communiqué de La Marmite aux Idées :

 

Calais cumule un certain nombre de tristes records dus à sa situation économique et sociale : taux de chômage, faibles revenus, mal logement et habitat indigne.

 

Autre record, le taux de logements vacants, 9% en 2012 (voir le rapport de la Fondation Abbé Pierre http://www.fondation-abbe-pierre.fr/_pdf/rml-nord-pdc-2013.pdf ).

 

L’un peut porter remède à l’autre : les logements vacants peuvent être réhabilités au besoin et peuvent servir à loger les personnes sans logis et mal logées. Des financements et des dispositifs juridiques existent pour ce genre d’opération.

 

Une table-ronde pourrait réunir à la rentrée les acteurs concernés pour la mise en place d’une action à long terme.

 

Dans l’attente, deux types de solutions peuvent être mises en œuvre pour faire face à l’urgence :

 

  • la réquisition par le préfet de logements vides pour y héberger des sans-logis, et en premier lieu ceux appartenant à la mairie et à d’autres personnes morales, en application de la politique du gouvernement ;

 

  • lorsqu’un bâtiment est squatté, trouver une formule juridique, réquisition, mise à disposition d’une association, négociation d’une solution à l’amiable comme l’établissement d’un bail, permettant aux occupants de rester dans l’attente d’une solution à long terme, et permettant d’aménager les lieux ci besoin pour les rendre dignes et salubres.

 

On sortirait ainsi du cycle des expulsions sans fin, en mettant en place des solutions répondant aux besoins des populations présentes sur le territoire, qu’elles y résident ou qu’elles y soient de passage.

 

 

 

 

 

Publicités