Un mineur qui d’ordinaire habite à la Beer House, ce squat où des stocks de bière ont été laissés en vrac, et qui présente des soucis psychologiques. Il est allé au foyer géré par France Terre d’Asile Saint-Omer pour une mise à l’abri de 5 jours. Il serait bien resté plus longtemps, mais au bout des 5 jours ils l’ont remis à la rue, puisque plus de place dans le dispositif d’accompagnement à long terme. Pas de prise en compte de ses difficultés psychologiques, et bien sûr pas d’information sur ses droits (l’Aide Sociale à l’Enfance est dans l’obligation de le protéger, puisqu’il est isolé, vulnérable et dans une situation de danger liée aux conditions de vie).

Un mineur qui souhaite rester en France, qui vient d’avoir 17 ans, qui est francophone, mais avec qui il faut très vite bâtir un projet s’il veut avoir une petite chance d’avoir un titre de séjour à 18 ans. France Terre d’Asile l’a emmené à Saint-Omer pour une mise à l’abri de 5 jour, et ne lui propose aucune perspective pour la suite. Le jeune est hébergé chez un particulier à Calais, il n’a donc pas besoin d’une place à Saint-Omer, par contre il a besoin d’être pris en charge par l’Aide Sociale à l’Enfance pour entamer une formation. Mais s’il n’est pas dans le dispositif, France Terre d’Asile ne l’aide pour rien (c’est ce que répondent les maraudeurs de l’association interpelés à Calais sur le sujet).

 

 

Publicités