C’est une histoire de TER au départ de Calais.

Je monte et m’assieds. Le contrôleur monte un peu avant le départ du train, et se met à contrôler les billets des personnes pouvant ressembler à des migrants et à les faire descendre si elles n’en ont pas.

Comme il passe près de moi sans me contrôler (je ne dois pas avoir une tête de migrant), je lui demande pourquoi. Il me contrôle donc, de manière plutôt agressive. Puis il s’explique.

Il me montre d’abord son badge. C’est écrit Hassan*. Il ne peut donc pas être raciste.

Puis il me dit que beaucoup de migrants prennent le train sans billet, il les contrôle donc avant le départ, pour éviter les problèmes un fois que le train est parti.

J’esquisse une discussion sur la légalité de ce contrôle au faciès et sur la notion de discrimination.

Et je garde pour moi la conclusion que le racisme institutionnel n’est pas forcément lié au racisme des personnes qui le mettent en oeuvre.

(* le prénom a été changé)

 

Publicités