Depuis les évacuations de campement des 25 et 26 septembre, la chasse aux exilés continue, et ils sont expulsés des lieux où ils dorment dès qu’ils sont repérés par la police.

Ainsi des petits squats qui s’ouvrent dans des maisons abandonnées, ou d’un groupe d’Afghans qui avait trouvé refuge sous un pont. Ainsi de le Jungle des Soudanais, qui ont tous été arrêtés et certains placés en rétention. Là, pour empêcher qu’ils se réinstallent, les arbres ont été coupés.

Publicités