Sur le coup de 7h du matin, le campement qui était en face de l’entrée du lieu de distribution des repas, 30 à 40 personnes s’abritant sous les arcades de l’ancienne douane et dans des tentes sur les pelouses voisines, a été évacué. Tout le monde a été arrêté, mais il n’y a eu ni relogement, ni placement en rétention. Comme la veille, les affaires personnelles qui n’ont pas été emmenées ont été emmenées à la déchetterie.

Pendant le reste de la journée et toute la nuit, la police quadrille la ville, ferme les petits squats connus, harcèle les exilés qui essayent de dormir dehors dans la ville.

Publicités