Ali* est Afghan. Il est arrivé à Calais en 2009. Il a demandé l’asile. Ses empreintes digitales ont été retrouvées en Grèce. Trois mois plus tard, la décision est confirmée : il doit retourner en Grèce, où sa demande d’asile n’a aucune chance d’être examinée.

Ali décide de continuer sa route et de passer en Angleterre. Alors qu’il essaye de monter dans un camion, le chauffeur le voit. Il donne un coup d’accélérateur. Ali tombe. Le chauffeur fait une marche arrière, suivie d’une marche avant, et s’enfuit. Ali reste sur le parking avec deux jambes broyées.

Ali reste six mois à l’hôpital, le temps que les os se ressoudent et que les chairs se reconstituent. Six mois, s’est aussi le délais à partir duquel sa demande d’asile devient recevable en France s’il n’a pas été expulsé vers la Grèce.

Il a donc pu présenter sa demande d’asile. Aujourd’hui, il a le statut de réfugié.

Le chauffeur n’a pas été retrouvé.

(* le prénom a été changé)

Publicités