Communiqué de La Marmite aux Idées, 21 août :

L’ordonnance d’expulsion du squat d’exilés du quartier du Fort Nieulay a été affichée sur les lieux il y a une semaine. Comme d’habitude, pas de jugement contradictoire au prétexte que les occupants du lieu ne pourraient être identifiés, alors qu’il font l’objet de contrôles de police quasi quotidiens. Et dispense du délais légal de deux mois entre le jugement et son application, sous prétexte d’une entrée par effraction, alors que les bâtiments sont abandonnés et ouverts à tout vent.

Surtout, comme depuis dix ans, les habitants du lieu se retrouveront à la rue, seront chaque nuit chassés par la police de lieu en lieu, jusqu’à ce qu’ils squattent un autre bâtiment abandonné, d’où ils seront à nouveau expulsés après quelques semaines ou quelques mois.

Ne serait-il pas temps de trouver des solutions durables, plutôt que de chasser les gens à n’en plus finir ?

D’abord respecter la loi : l’État a des obligations en terme d’hébergement des demandeurs d’asile, de protection des mineurs et d’hébergement des sans-logis. En attendant qu’il mette en place des moyens pérennes pour remplir ses obligations, il y a suffisamment de bâtiments vides et en bon état à Calais pour offrir des solutions d’hébergement décentes pour que personne ne passe l’hiver dehors. Notamment les bâtiments que libère le transfert de l’hôpital vers son nouveau site.

Ne serait-il pas temps de s’y mettre ?

Publicités