Pour la deuxième année de suite, les associations qui servent des repas aux exilés à Calais, l’Auberge des Migrants, La Belle Étoile et SALAM, se sont mises d’accord sur les dates pendant lesquelles elles arrêtent leurs activités pendant l’été pour prendre des vacances, de manière à ce que l’une d’entre elles reste sur le terrain et propose un repas par jour.

Pour la deuxième année aussi, ce sont des équipes de cuisine du réseau No Border qui ont assuré le petit déjeuner et un deuxième repas chaud.

Participation des exilés à la préparation, au service et à la vaisselle, relation humaine remplaçant la discipline et les serre-file des distributions habituelles de repas (« take the line »), c’est encore une fois une expérience différente, qui considère les exilés comme des personnes, et non comme une foule de migrants à gérer.

Une expérience à partager, pour faire évoluer les pratiques ?

 

Publicités