Samedi 28 juillet, les exilés et No Border ont célébrés le début des JO et dénoncé le déploiement policier auquel ils donnent lieu.

Une cinquantaine de personnes, exilés, militants No Border et quelques membres des associations calaisiennes, ont défilé au départ du repas du midi.

Un premier arrêt devant le commissariat central a permis de rebaptiser les rues voisines des noms des exilés morts récemment à Calais. Un second devant la mairie d’ériger un bonbon géant aux couleurs des pays d’origine des exilés (la mairie de Calais a fait installer des sculptures représentant des bonbons aux couleurs des seuls pays européens, oubliant le reste du monde). Un troisième arrêt au parc Richelieu, avec une course contre la PAF, puis une fin de cortège à la plage pour le repas et la fête.

Excellente ambiance. La police s’est contenté d’accompagner et de faire barrage de son corps devant le commissariat et la mairie, redoutant sans doute une prise d’assaut.

Publicités